Souvenir de notre Réunion avec Maurice

Initialement nous avions prévu de visiter le pays du Soleil levant : Le Japon. Mais avec les récentes catastrophes qui ont touchées ce magnifique pays nous nous sommes résignés, l’âme en peine, à annuler notre voyage. C’est pourquoi je souhaite dédier ce billet au Japon, et leur faire part de toute notre attention en ce moment difficile.

Même si nous étions tristes de ne pas pouvoir visiter le Japon, la Réunion et l’île Maurice ont réussi à nous redonner le sourire.

C’est le 27 avril que nous avons pris le TGV en direction de Paris – Gare de l’Est. Il faut savoir qu’il existe des trains directs pour la gare CDG 2 mais les horaires ne nous convenez pas. Donc une fois arrivés gare de l’Est, nous avons pris le métro ligne 4 en direction de la gare du Nord, puis enchainés avec le RER B à destination de CDG 2 où se trouve le terminal 2 A. C’était la première fois que nous partions avec la compagnie aérienne Air Austral, et nous avons été agréablement surpris par la qualité de service durant le vol à bord de leur Boeing 777-300.

Nous arrivons au petit matin à Saint Denis sous une chaleur accablante (29°C). Nous rencontrons Nicolas, notre point de contact local. Il s’est avéré que Nicolas est un ancien serveur du Mystère de l’ouest, c’est le comble !!! Après la distribution de notre road map et quelques conseils bien utiles, nous avons pris notre petite voiture de location en direction de notre première étape à Sainte Suzanne.
La cascade Niagara qui n’a aucun rapport avec sa cousine Canadienne si ce n’est que le nom, se situe entre Sainte Marie et Sainte Suzanne. Même si l’eau était fraîche, après 10 heures d’avion et 29°C, la baignade fut rafraîchissante. En sortant de la cascade Niagara, il ne faut pas manquer le bassin boeuf à Bagatelle qui est formé de trois bassins espacés de cascades. La pluie tropicale et la nuit nous font rentrer à l’hôtel Austral.

Cascade Niagara

En attendant notre table réservée au reflet des îles (petit restaurant bien connu des locaux), nous avons dégusté un (voir deux…) planteur(s) au Rendez vous, petit café avec une terrasse et un serveur sympathique. Arrivé au Reflet des îles, et sur la recommandation de nos voisins de table (des Français expatriés à Mayotte et en transit à la Réunion après une journée de travail à Maurice: c’est parfois compliqué !!!), nous avons commandé un Carry de Légine (poisson rare pêché en Antarctique), un régal. Pour le dessert, je me suis laissé influencer toujours par nos voisins de table, et j’ai commandé un gateau patate peu goûtu, faut dire que j’ai omis volontairement le rhum arrangé qui doit arroser parfumer le gâteau…

Pisse en l'air

Le 29 Avril au matin, après un copieux dejeuner à Saint Denis, nous prenons la direction du Cirque de Salazie. Nous quittons la capitale Réunionnaise pour un décor riche en verdure. Après quelques virages, quelques arrêts photos et le passage de Pisse en l’air (reste de chute d’eau qui tombe sur la route), nous arrivons à Hell-Bourg ancien QG de la noblesse réunionnaise. Après avoir déposés nos bagages à l’hôtel le Relais des Cimes, nous sommes partis pour une randonnée de 4h Aller-Retour avec 520m de denivelé positif (La Belouve). Arrivés à Belouve, nous arrivons sur un surprenant jardin très calme donnant une vue imprenable sur le cirque de Salazie.

Belouve

En rentrant de notre petite rando, on s’arrête visiter la maison Folio, vestige des maisons typique Créole. On apprendra beaucoup sur les divers bois qui font la richesse de l’île. On y apprend également l’origine de l’expression “têtue comme une songe”, démo à l’appui (La feuille de songe n’absorbe pas l’eau).

Maison Folio

L’heure du souper sonne, et nous décidons de rester au restaurant de notre hôtel pour déguster une Rougail de Mourue pour Madame et une truite à la vanille flambée au Rhum pour Monsieur. C’était sympa … Il est 20h23, lorsque j’écris ce dernier mot avant de m’endormir.

30 Avril 2011 :
Reveil difficile, après une tentative à 6h30 on laisse le temps couler pour se réveiller couvert de piqures de moustique à 7h30. On dénombre 28 piqures de moustique sur la jambe gauche de @kaizeronionette. Le petit déjeuner proposé par le Relais des Cimes est bien maigre. Un peu de céréales, des fruits et du pain…
Trois bananes et 4 barres de céréales en poche, nous partons à la découverte du cirque de Mafate. Sur les recommandations du Routard on a essayé de garer notre voiture au parking du col du boeuf, mais en vain ce dernier était complet. On s’est rabattu sur du second choix à savoir un parking 50m plus bas non surveillé (mais gratuit) et qui a fait son affaire.

Cirque de Mafate

Départ de la randonnée à partir du col du boeuf, nous avions une vue dominante sur tout le cirque de Mafate. La randonnée annonce 2h aller simple. C’est ce qu’il nous faudra pour atteindre le village La nouvelle. Les Mafatais, gardiens du coeur sauvage de l’Ile de la Réunion, mettent 45 min. Visiblement on est plus performant en monté car on a parcouru les 500 mètres de dénivelé positif en 1h45. Généralement le cirque de Mafate se fait sur 2 jours avec une nuit au sein du cirque. Si vous avez assez de temps faites-le, sinon cette rando est une bonne alternative pour vous donner un avant goût de ce que vous pouvez voir.

Etang poule d'eau

Notre prochaine étape est la plaine des Cafres. Nicolas, nous avait conseillé de faire un tour à Grand étang car il n’est pas rare d’apercevoir un couple de Papangues, seul rapace réunionnais. Malheureusement nous n’avons rien vu à part un étang planté au milieu d’une enclave rocheuse.
Il est tard lorsque nous quittons Grand étang, et nous n’avons pas choisi de restaurant. C’est pendant l’ascension du col de bellevue que nous appelons la Ferme du pêcher gourmant. La malchance nous poursuit, le restaurant est complet pour la soirée. C’est un peu tristounet que nous arrivons à l’hôtel Les Géraniums. Mais l’accueil très chaleureux du maître d’hôtel nous remonte le moral et nous decidons de rester souper. Si on peut vous recommander l’hôtel pour son accueil chaleureux et ses chambres mignonnes (pourtant @kaizeronionette n’aime pas le bois généralement), il n’en ai pas de même pour le restaurant qui reste sans plus.
Demain nous attends l’ascension du piton de la fournaise… Alors il est temps de dormir. (21h13 un record)

1 Mai :
C’est la fête du travail et nous nous réveillons à 6h00. L’hôtel propose un accès Internet depuis une station isolée dans la salle à manger. En attendant l’ouverture du buffet je lis mes mails rapidement. Il est 7h lorsque l’on se met en route pour le pas de Belcombe (2340m). Notre randonnée commence à partir du parking par une petite descente de 80 mètres de dénivelé pour atteindre le premier cratère. Puis nous traversons la plaine volcanique, le soleil qui est debout depuis une petite heure illume la plaine d’un jeu de lumière assez impressionnant. Au pied du piton de la fournaise, nous reprenons notre souffle avant de commencer notre ascension. Il nous faudra quasiment 2 heures pour atteindre le sommet qui culmine à 2632 mètres. On se retrouve entre ciel et mer, c’est tout simplement magique … Séance de shooting et pause casse-croute s’impose avant de repartir.

Entre ciel et mer

Le retour bien que difficile, principalement du fait de la fatigue, sera plus rapide que l’aller … peut être la volonté de terminer rapidement le calvaire surtout que le soleil est au zénith. On se félicitera d’avoir accompli l’ascension du piton de la fournaise.
Sur la route en direction de Sainte Rose, on s’arrête à un petit snack pour une restauration rapide mais sympa.
Arrivé à Sainte Rose, c’est le désert total. On est dimanche (en plus un 1er Mai), quasiment tout est fermé et il y a très peu de touriste. A notre hôtel (La fournaise) on dénombre 4 voitures dont la nôtre … Heureusement il y a Internet 😉

2 Mai :
Nous avons eu droit à la deuxième grâce matinée du séjour. Il faut savoir que le soleil se lève à 6h30 pour se coucher à 18h00, donc si vous n’êtes pas un lève tôt, vous allez rater une grand partie de la journée. Après avoir pris notre petit déjeuner au bord de la piscine avec la vue sur l’océan indien, nous quittons Sainte Rose en direction du dernier Cirque : Cilaos. Sur la route, nous avons fait quelques arrêts photos, en l’occurence la coulée de lave 2007, Grand Anse et Saint Pierre (le spot rêvé pour bodyboarder et surfer).
Depuis Saint Louis, nous avons enfilé exactement 420 virages avant d’arriver à Cilaos. Le paysage change, on passe de la station balnéaire (plage et océan) avec 35°C à un paysage verdoyant composé de gigantesques parois rocheuses.
Arrivé à Cilaos, nous découvrons notre hôtel le Vieux Cep, un hôtel de charme avec des chambres joliment décorées.
Nous avons essayé de faire le sentier botanique en haut de la Roche merveilleuse mais après avoir cherché le départ pendant plus de 30 min on s’est résigné à ne faire que le commencement pour éviter d’être en retard à notre séance aux Thermes de Cilaos. Alors si vous êtes de passage à Cilaos, ne manquez pas cette incontournable activité. Pour vous détendre après une rando ou tout simplement pour se faire plaisir, la solution est de prendre un bain à bulles de 20 min à base d’eau thermale naturellement chauffé à 31°C agrémentée d’huile essentielle (tonic, relaxante ou cellulite). Après votre séance, il vous fera le plus grand bien de déguster un bon thé au salon de thé de l’hôtel Tsilaosa accompagné d’un gâteau maison (banane ou chocolat) et d’un accès Internet. Pour ma part j’ai testé le thé des songes, un mélange fruité idéal pour le soir dû à sa faible teneur en théine, @kaizeronionette a testé le thé à l’indienne une spécialité de Cilaos.

3 Mai :
Grasse mat au vieux cep. Etant donné que nous étions requiquinqués, nous nous sommes lancés dans la promenade du Bras Rouge, 1h15 de descente pour arrivée à une cascade magnifique (pour les personnes sujettes au vertige comme @kaizeronionette, ça peut impressionner, d’ailleurs quand je prenais les photos de la chute elle me tenait par les pieds, à croire qu’elle tient à moi 😉

Tortue

Une fois la promenade achevée, nous sommes redescendus du cirque de Cilaos par cette route sineuse mais aux paysages magnifiques, direction Saint Gilles par Saint Leu. A Saint Leu, nous nous sommes arrêtés à Kelonia, l’observatoire des tortues marines. Autrefois ce site servait à l’élevage des tortues pour leurs écailles. Lors de notre visite guidée, on a rencontré quelques beaux specimens dont une pesant plus de 150 kg (27 ans) et une autre estropiée dont la nageoire a été arraché par un requin. Par contre, gros pincement au coeur, un gros poisson dont je ne connais pas le nom passait et repassait devant la vitre de l aquarium et se tapait la tête contre la vitre, comme s’il cherchait à sortir. En bref, on préfère voir ces animaux en pleine nature …

Poisson fou

Ensuite arrêt photo sur la route vers Saint Gilles pour immortaliser le souffleur, un impressionnant geysers. On arrive finalement à notre hôtel Les Filaos qui est un peu décevant mais l’accueil est sympathique. Pour notre première soirée à Saint Gilles (L’hermitage) nous allons au Coco beach en bord de plage pour déguster quelques planteurs et des Tapas.

Le souffleur

C’est notre dernier jour à la Réunion, on se lève à 6h pour un depart à 6h20 pour notre tour de l’île en hélico avec Helilagon.

Helilagon

Que d’émotions surtout lorsque l’hélico s’engouffre dans les gorges pour se retrouver au milieu du trou de fer, impressionnant !
Après nos 45 min de sensations fortes, on part à la recherche de la cascade des Aigrettes. Un décor féerique mais une eau un peu trop fraiche pour tenter une petite baignade. Sur le chemin, on a croisé 2 endormis (merci @kaizeronionette pour ses yeux de Lynx).

Endormi

Ensuite direction le port de plaisance de Saint Gilles, ma gourmandise a encore frappé. Stop obligé pour des crêpes et ensuite direction la plage où nous nous sommes installés comme des petits vieux en face du spot de surf. Peu de temps après, un concours de danse s’organise près du port, et donc nous nous installons. La première danseuse est à peine en piste que la pluie tropicale intervient. La danseuse, d’origine cubaine, ne se démonte pas, et profite de la pluie diluvienne pour jouer de sa chevelure. La chorégraphie met en scène l’hypocondrie, spectacle un peu décalé mais on félicite la prouesse technique de la jeune danseuse. La pluie ne cesse de tomber, les organisateurs décident de faire une pause, et nous décidons de partir comme des dératés vers la voiture. Il aura fallu 50 mètres pour donner l’impression d’être tombé dans une piscine habillé. Le soir, nous avons choisi La marmite, un restaurent Créole bien connu par les locaux et touristes à Saint-Gilles.

Et voilà, nous partons pour la deuxième partie de notre séjour à l’île Maurice. Le vol Réunion-Maurice sera perturbé par un ciel bien couvert. Nous avons passé le reste de notre séjour sur la côte ouest de l’île dans la région nommé le Morne à l’hôtel le Paradis. Et je peux vous affirmer que c’était vraiment le paradis …
Voici une photo qui image bien la fin de notre séjour.

Maurice

Tags: Cirque de Cilaos, Cirque de Mafate, Cirque de Salazie, Lagon, Maurice, Océan Indien, Piton de la fournaise, Réunion, Vacances, Volcan

Trackback from your site.

Commentaires (3)

  • Avatar

    sam

    |

    Un carnet de voyage qui suscitent bien des envies…. De jolies photos et un récit très détaillé … Hum où sont mon sac à dos et mes chaussures de rando 😉

  • Avatar

    Raph

    |

    Chouette résumé de votre séjour, ca donne carrément envie d’y retourner. Petite anecdote pour le Bassin des Aigrettes: c’est dans cette eau à 12 ou 13° qu’ils avaient tourné la pub “Tartare, fais moi frais” … la pauvre nénette !! LOL

Laisser un commentaire